L’exposition au Nord-Ouest au pied d’une falaise abrupte crée des eaux courantes froides qui donnent à ce site une fraîcheur délicieuse.

Véritable merveille de la nature ; Guillaume DE SALLUSTE, Sieur du BARTAS (1544-1490) rangea Fontestorbes parmi « Les neuf muses des Pyrénées ».

Fontestorbes est connue depuis fort longtemps, on est même tenté de dire depuis toujours…

Nos lointains ancêtres se sont installés dans cette haute vallée de l’Hers aux 3ème, 2ème et 1er siècles avant notre ère, à trois portées de javelot de là à peine ; au Pog du Mayne, un village Celtibère étudié par Jean Tricoire (Professeur honoraire spécialiste en archéologie).

On s’est souvent interrogé sur l’origine de son nom ; certains érudits l’ont rattaché aux particularités même de la source et le font dériver du latin « Fontes Orbati » ; c’est-à-dire sources privées d’eau ou encore « Fons Turbatus », source dérangée ; d’autres y voient la transcription francisée de l’occitan « Font Estorba », source encombrée.

mod_2

Selon l’historien Castillon d’Aspet, la source aurait cessé de couler pendant une partie du XVIIème siècle à la suite d’une secousse sismique, mais le phénomène aurait repris sans dommage en 1678, grâce à un deuxième tremblement de terre providentiel qui aurait fort opportunément corrigé l’effet catastrophique du premier !!

 

« On rapporte que la Fontaine de Fontestorbes, chantée par le poète du Bartas, devint intermittente à la suite de cette secousse souterraine »

La grotte aujourd’hui impénétrable donnait jadis accès à une somptueuse demeure souterraine où vivaient « Les Incantadas » fées bienfaisantes qui la nuit lavaient leur linge dans les eaux limpides de la fontaine avec leurs traditionnels battoirs d’or.